"Les chercheurs de trésors" de Jean Bonnery

De Jean Bonnery.Editions Ferenczi. Collection « Les romans d'aventures »Couverture Illustrée par Armengol. 1925. (Bulletin des amateurs d'anticipation ancienne et de fantastique N°8 Octobre/Novembre 1991).

Que tous ceux qui possèdent la série « SF » des « Romans D'aventures » 2° série de chez Ferenczi (Ferenczi verts pour les intimes) modèrent leur fierté ô combien méritée, après l'accomplissement d'une quête impitoyable au cœur d'un océan de « faux amis ». En effet,il existe un titre qui,sous des airs de récit d'aventure digéré et recraché,cache en définitive une forte partie conjecturale,j'ai nommé le titre se trouvant en référence dans ce post.

Il faut dire que ni le titre, ni la couverture que vous pouvez apprécier en fin de page, ne pouvaient indiquer une histoire s'articulant sur un support conjectural.

Toute la trame du roman se base sur un immense trésor en diamants, magot dérobé au milliardaire William Barnett et ce par une mystérieuse association. A la suite de malheureuses circonstances, cette fortune disparaîtra en plein océan, par 2000 mètres de fond. Décidé à récupérer coûte que coûte son bien, Barnett sa fille Maud et son fiancé Jean, seront capturés en pleine mer par de singuliers personnages.

C'est ici que la partie du récit va devenir la plus intéressante. En effet, cette « confrérie » spécialisée dans la récupération des épaves englouties, habite une formidable cité sous-marine : « La ville invisible », gouvernée par l'énigmatique Yakawwa. Je ne vous ferai pas l'offense de préciser sa nationalité ni ses intentions à l'égard du monde occidental pour en arriver directement à la description de la cité.

Construite à l'aide d'un ciment spécial et d'un verre indestructible et permettant de se confondre avec les fonds marins,elle forme une bien singulière architecture qui, formée d'un bâtiment central, relié à des baraquements satellites, ressemble à une gigantesque étoile de mer. Cette singularité,lui confère une communication plus rapide entre les divers postes et constitue,grâce à un système de sonar ultra perfectionné placé sur chaque extrémité de cette « étoile »,une véritable oreille géante à l'écoute de tous les bruits de l'océan.

Cette « forteresse » des mers,possède toute une flotte constituée d'une multitude de sous-marins très rapides,dont la propulsion se fait par un système de turbines placées à l'avant de l'appareil. Chaque homme qui la compose est équipé d' un scaphandre dont la combinaison, très ingénieuse est faite d'une double enveloppe séparée par une couche d'air comprimé,lui permettant de résister aux pressions immenses se trouvant à 3000 mètres,profondeur de la « ville invisible ».

La texture de cet alliage que constitue la combinaison, entre le métal et le caoutchouc, est une autre des inventions de Yakawwa, dont l'intelligence n'a d'égale que sa cruauté.

Cet homme aux ambitions immenses, ne doit sa puissance qu'en la terreur qu'il exerce sur ses hommes. Seuls les pilotes des sous-marins sont des hommes de confiance, sa garde prétorienne, les autres ne sont que des prisonniers exécutants les basses besognes.

Pour mener à bien ses formidables projets, il lui faut de l'argent et il espère beaucoup dans la récupération des fameux diamants.

Mais un homme ne lui laissera pas le temps de mener à bien ses rêves de conquête et le fougueux fiancé,voyant tout le profit qu'il pouvait tirer de toute cette bande de repris de justice,organise une rébellion. Les mutins vont alors affronter la fidèle garde du maître dans une bataille apocalyptique avec force de corps écrasés par la pression, foudroyés par les armes électriques, j'en passe et des meilleures.

Au final,comme tout bon « happy end » qui se respecte,le tyran sera éliminé, disparaissant avec sa toute dernière création,un canon gigantesques construit à des fins inconnues : épilogue de la première partie. Vient ensuite un roman d'aventure classique ou le trésor sera récupéré, repris par la première organisation responsable du vol. Poursuite a travers la chine, restitution du bien volé, mariage, ils vécurent heureux...

 

Le danger vient de l'océan

Tous les amateurs qui lisent ce blog savent qu'en matière de littérature conjecturale il est une règle d'or : « Ne jamais se fier aux apparences ». Bien souvent sous des titres un peu hors sujet ou sous des couvertures peu engageantes,se cachent souvent d'inestimables pépites. Dans le cas présent,ce n'est pas un texte extraordinaire,cependant la thématique abordée ici ne manque pas d'originalité.

Il reste donc surtout grâce à sa première partie assez passionnant mais hélas se termine beaucoup trop tôt.Bien évidemment la rôle du méchant est attribué à une « sinistre » asiatique,personnage récurant à l'époque dans ce genre de publication, c'est l'archétype même du génial savant fou tellement apprécié de nos romanciers. La science de « Yakawwa »,d'une puissance formidable,aurait pu donner suite à un récit dans la droite lignée du thème « maître du monde » déjà traité avec brio par le Colonel Royet « A deux doigts de la fin du monde » ( Même collection Ferenczi « Les romans d'aventure » N° 52,1928) ou par Guy De Teramond « L'homme qui peut tout » ( M.Vermot Editeur, 1910, Réédité sous le titre « Le miracle du Pr Wolmar » la même année à Paris « Edition du monde illustré ») Toutefois,ces « chercheurs de trésors » se démarque par cette forteresse sous-marine qui située à une profondeur telle qu'elle reste intouchable et inaccessible par la technologie de l'époque. Bien souvent les œuvres rencontrées mentionnent un engin amphibie capable d'atteindre les profondeurs abyssales, mais jamais il n'est fait mention d'une savant « fou » utilisant son génie afin de construire une cité sous la mer. Il ne me vient à l'esprit que le court roman de José Moselli « La cité du gouffre » (Almanach pittoresque 1926) pour rencontrer une cité sous-marine mais peuplée de créatures non humaines,une sorte de race « supérieure » sans oublier Arthur Conan Doyle « La ville du gouffre » (Albin Michel 1930, « Nouvelles éditions Oswald 1981) et encore ici il s'agit de la survivance de l'Atlantide, gouverné par le « seigneur à la sombre face »

Il faudra attendre « le péril vient de la mer » de John Wyndham (Gallimard « le rayon fantastique » 1958, nombreuses rééditions) pour qu'un auteur aborde le même sujet, en insistant sur le problème soulevé par un ennemi bénéficiant de la protection des profondeurs abyssales.

Dommage le roman de Bonnery tourne court, l'auteur préférant poursuivre dans le banal roman d'aventure. A l'instar du « Maître de radium » rencontré dans « La cité des suicidés » il nous sera impossible de connaître les vertus et l'utilisation finale de ce fameux « canon » aux propriétés redoutables et maintes fois rencontré dans les pages de l'ancienne anticipation.

Terminons en précisant qu'il est fort probable que l'ouvrage mentionné dans « Le rayon SF » sous le nom de « La ville invisible » (Ferenczi « Voyages et Aventures), attribué également à Jean Bonnery, ne soit autre que le même ouvrage résumé dans ces lignes, toutefois en version plus « condensé » en raison du format de la collection. La partie conjecturale a t-elle été privilégiée, je ne sais pas ne possédant pas le fascicule et si ce n'est pas le cas, cette petite analyse vous fera gagner malgré tout beaucoup de temps.

Une couverture d'apparence banale mais qui cache une histoire de savant fou

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Ce Projet de site n'aurait jamais vu le jour sans l'aide précieuse de mon ami Bryan, qu'il en soit ici remercié!

Rejoignez le groupe des Savanturiers sur Facebook

Cliquez sur la photo

"A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science-fiction" Steven Wright. Acteur et réalisateur Américain

Découvrez cette nouvelle page entièrement consacrée à Henri Lanos

Cliquez sur l'image pour accéder à la page

Pour une Esquisse Bibliographique de Maurice Renard , Père du" Merveilleux Scientifique"

Maurice Renard Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Ici on aime l'aventure et les voyages extraordinaires

Un long métrage d'un jeune réalisateur qui fleure bon les séries d'antan

Cliquez sur l'image pour accéder au film

Derniers articles en ligne

Chronique de la mode et des sports "Chronique de la mode et des sports" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les féeries de l'avenir " L'Orphée Africain" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Les services que pourront rendre les balons dirigeables "Les services que pourront rendre les ballons dirigeables" Une histoire sans paroles.Clignez sur l'image pour accéder aux vignettes
Le dernier homme de son espéce "Le dernier homme de son espéce" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Aérobus et radium "Aérobus et Radium" cliquez surl'image pour lire l'article
Pierrot dans la lune Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
François de Nion "La dépéche de Mars" Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"L'ile des vaisseaux perdus" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Le tunnel de Gibraltar Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le Cauchemar" de Edmond Rostand.Cliquez sur l'image pour lire le texte
"Une aile passa" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"L'ether alpha" de Albert Bailly Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Le monstre de Partridge Creek" "Le monstre de Partridge Creek" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La fin du monde" pour lirela nouvelle cliquez sur l'image
"Si les monstres antédiluviens revenaient sur la terre" cliquez sur l'image pour lire l'article
Aux origines du "Merveilleux scientifique"
"Voyons nous le monde tel qu'il est" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"L'ancétre des hommes"Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'homme qui fit hurler le monde" cliquez sur l'image pour lire l'article
"Fantaisie préhistorique" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Le mystére du château de Bréfailles" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
"La grande pluie" Pour lire l'article cliquez sur l'image
"Paris envahi par un fléau inconnu" pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
"Les monstres minuscules" pour lire l'article cliquez sur l'image
"Comment on construit la lune" Pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle inédite de Gustave Le Rouge, cliquez sur l'image
"L'homme aux yeux de tigre" cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Pour accéder a l'article cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
"L'arbre mangeur d'homme" Cliquez sur l'image pour lire l'article
"Seul au monde ? " Cliquez sur l'image pour lire l'article.
"La guerre des mondes" version audio.Cliquez sur l'image pour accéder au lien.
Cliquez sur l'image pour voir les illustrations
"Nymphée" de Rosny Ainé ou "L'homo Aquaticus".Pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire l'article cliquez sur l'image
"La machine à gouverner le temps" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pour lire l'article cliquez sur l'image
Pour lire la nouvelle cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image pour lire l'article
Cliquez sur l'image pour lire l'article
Pour lire l'article cliques sur l'image
Pour lire l'article cliquez sur l'image
"La dernière sentinelle de la ville d'Ys" Cliquez sur l'image pour lire la nouvelle
Cliquez sur l'image pour lire l'article

Un site consacré à J.H.Rosny

Cliquez sur l'image

« L'amicale des amateurs de nids à poussière » Un autre site incontournable

Cliquez sur l'image pour accéder au site

Découvrez un éditeur de fascicules unique en son genre

Cliquez sur l'image pour accéder au lien

A lire en ce moment

Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image por accéder au site
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien
Cliquez sur l'image pour accéder au lien

Mini Galerie